ADI DA SAMRAJ

Biographie

Déclaration de l'Artiste



ESSAIS

Géométrie et
«point de vue»


La nécessité du sens

Le modernisme et
ses prolongements

La tradition-source
de l’art moderne


Contact

Directions

Page d'accueil



Introduction

Traductions

telephone
Arte Communications
+(39) 041.526.4546

LE MODERNISME ET SES PROLONGEMENTS

par Adi Da Samraj

Il y avait plus de grandes valeurs au début du XXe siècle qu’à la fin et pourtant, ce qui se passait au début du siècle faisait aussi partie (et coïncidait avec) l’écroulement naissant de la culture mondiale et du grand processus humain.

Plusieurs éléments uniques et importants de la culture et de l’art «modernistes» ont été interrompus vers la fin de la Deuxième Guerre mondiale, éléments que je considère comme la source profondément transformante et artistiquement libératrice d’un renouveau de toute la tradition mondiale, une nouvelle façon de fabriquer et de créer de l’art. Il est donc indispensable de continuer ce «moment libérateur» du «modernisme», de toujours le développer davantage et même, dans le meilleur des cas, de le dépasser. Il ne doit certainement pas être abandonné et perdu à jamais…

Le vingtième siècle a été une période où l’on a vu s’écrouler mondialement les structures et les fondements anciens (et même antiques) de la civilisation et de la culture. Ainsi, dès l’aube du siècle dernier et jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, l’ordre ancien de la civilisation et de la culture était déjà en passe de se désintégrer et d’approcher sa fin. C’est durant la période entourant la Guerre que l’on a été témoin de la disparition de l’ordre mondial ancien, de la civilisation et de la culture anciennes. Au cours des deux décennies avant et après la Guerre, cette chute de l’ordre ancien a produit d’énormes réactions et beaucoup de nostalgie (énormément de déni, de colère, de grenouillage, de dépression et de résignation). Puis, à partir de 1960 et jusqu’à la fin du siècle dernier, il y a eu une période d’absence virtuelle de civilisation et de culture. Et c’est maintenant qu’arrive le moment favorable pour l’émergence d’un véritable renouveau.

En portant un regard global sur le vingtième siècle, on peut le diviser clairement en trois périodes en ce qui a trait au domaine de la culture et de l’art : le «modernisme» (1900-1940), le «postmodernisme» (1940-1960) et la période (ou «époque sombre») d’absence de culture et d’art (1960-2001).

Extrait de Transcendental Realism, d'Adi Da Samraj
(Middletown, CA: The Dawn Horse Press, 2007)

Tous droits réservés © 2007, ASA. Reproduction interdite. Droits à perpétuité.

Télécharger le texte - PDF

 


EXPOSITIONADMINISTRATIONADI DA SAMRAJPRESSEÉVÉNEMENTSLIVRES / CATALOGUES