ADI DA SAMRAJ

Biographie

Déclaration de l'artiste



ESSAIS

Géométrie et
«point de vue»


La nécessité du sens

Le modernisme et
ses prolongements


La tradition-source
de l’art moderne


Contact

Directions

Page d'accueil



Introduction

Traductions

telephone
Arte Communications
+(39) 041.526.4546

LA TRADITION-SOURCE DE L’ART MODERNE

par Adi Da Samraj

C’est vers la fin du XIXe siècle qu’une nouvelle approche de «fabrication» des images a vu le jour, principalement avec Cézanne et Picasso. Par la suite, un grand nombre d’autres artistes ont continué le mouvement, en particulier ceux et celles qui travaillaient selon la manière cubiste. Cette approche s’est poursuivie jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, soit vers 1950. En raison de la dévastation produite par la Guerre, le mouvement s’est interrompu en Europe chez les artistes qui s’inspiraient de cette libre et nouvelle tendance. Dès lors, c’est l’Amérique qui a pris la relève, mais dans un esprit totalement différent et en poursuivant des buts différents.

Cézanne s’inspirait du mouvement impressionniste pour la fabrication de ses images, mais il n’y trouvait pas suffisamment de structure, seulement une façon spécifique pour l’œil de réagir à la couleur. Il cherchait donc une approche plus classique, une approche où la structure s’avérerait fondamentale. Il pensait qu’en observant attentivement la nature, on n’y trouverait que des cylindres, des sphères et des cônes. C’était une nouvelle tradition inaugurée par Cézanne et bien autres, chacun selon son point de vue particulier et ce, en utilisant les structures comme base fondamentale de la production d’images. Cette tradition lancée par Cézanne considérait cette nouvelle méthode d’approche comme essentielle à la création d’images.

Depuis lors, une foule de tendances artistiques de moindre importance sont apparues et ont pris la vedette. Si l’on compare la création d’images produites depuis 1950 à celle qui a prévalu au cours de la première moitié du vingtième siècle, l’on verra la différence entre la profondeur du grand mouvement artistique d’avant-guerre et la tendance plus décontractée et même ironique de l’après-guerre. Bien sûr, l’art récent est toujours intéressant et les artistes manifestent beaucoup de créativité. Cependant, pour celui ou celle qui veut s’engager dans un processus plus profond, il faut retourner à la source de la tradition moderniste, il faut la comprendre et l’apprécier ou, du moins, s’inspirer des mêmes principes.

Tous les artistes travaillent dans un contexte mondial. Voilà pourquoi j’intègre tous les arts (et non seulement les arts plastiques) dans le domaine artistique qui est le mien, mais particulièrement le mouvement qui, depuis Cézanne et jusqu’à environ 1950, cherche à transcender le «point de vue». L’art que je produis va, lui aussi, dans la direction de la transcendance du «point de vue» et ce, pour les raisons philosophiques et spirituelles que j’ai communiquées dans mes œuvres écrites. Il s’avère également que ce même principe semble avoir inspiré la tradition dite «moderniste», à savoir une façon révolutionnaire de générer des images.

Mon œuvre artistique est une continuation de cette approche moderniste : la liberté d’utiliser sans limites toutes les ressources possibles, à la fois les ressources naturelles (ou «externes») et les ressources subjectives (ou «internes»), la liberté de dépasser les modalités et les traditions que je caractériserais de traditions n’offrant qu’un «point de vue» fixiste. Le modernisme inaugurait ainsi une façon totalement nouvelle de créer des images, une approche libre et pas uniquement chaotique. C’est en ce sens que mon œuvre est en continuité avec la tradition de Cézanne, des cubistes et des autres artistes qui ont œuvré dans la lignée initiale de l’art moderniste.

L’arrivée de la caméra et de la photographie a donné un nouvel essor à cette approche de fabrication des images. Avec la photographie, il devenait dès lors possible de produire sans effort la vraisemblance que les artistes tentaient de créer dans leurs peintures et leurs toiles. Avec elle, les artistes ont donc été obligés de reconsidérer leur mode de travail. Ils inventèrent ainsi une nouvelle façon de fabriquer des images. Il s’ensuit que l’apparition de la photographie a considérablement contribué à la tradition moderniste de création d’images.

Tous droits réservés ©  2007 ASA. Reproduction interdite. Droits à perpétuité.

1 - 2 - PAGE SUIVANTE >

 


EXPOSITIONADMINISTRATIONADI DA SAMRAJPRESSEÉVÉNEMENTSLIVRES / CATALOGUES